ban

Ban, m. C'est cry publique à voix ou son de trompe, Proclamatio per praeconem. Il fit cryer un ban, en Oolin, L'Italien l'appelle aussi Bando. Et tant les criées faites des biens vaccans dans le fief d'aucun Seigneur que les publications faites au prone de l'Eglise d'un futur mariage sont par mesme raison appelées Bans, Denunciationes bonorum vacantium aut futuri coniugij. Ban aussi et arriere-ban signifie la convocation, assemblée et trouppe des nobles d'une Seneschaucée ou Bailliage tenans fiefs ou arriere-fiefs au dedans des enclaves desdits Seneschaucée ou Bailliage, Nobilium conuentus, Liu. lib. 23. Et ce selon ladite energie du mot ban, parce que telle Convocation et mandement se fait par cry publique et son de trompe en la ville capitale desdits Seneschaucée ou Bailliage, en laquelle au jour à eux assigné tant iceux feudataires et arriere-feudataires sont à haute voix appelez, et à tour de roolle par les noms et tiltres de leurs dits fiefs ou arriere-fiefs. Mais qui voudroit tirer ce mot Ban François, de cest autre Bann Allemant, qui signifie un Champ, ce ne seroit sans quelque couleur de raison: Car tout ainsi que Feudum et retrofeudum Latinizez, et fief et arriere- fief François viennent de Feld Allemant, qui aussi signifie un Champ; estant le fief un territoire, marche, ou contrée assignée à bailler par investiture au gendarme ou soldart à la charge de certain devoir, service, foy, hommage et recognoissance de subjection envers celuy qui a droit d'en faire investiture et assignation: par mesmes raisons de Bann Allemant qui aussi signifie Champ, peuvent venir Ban et arriere-ban François, d'autant que les sujets audit ban et arriere-ban sont ceux qui tiennent les territoires, marches, ou contrées par la ferme et aux champs, ainsi que dit est, A cause desquels tenemens ils sont obligez ausdits devoirs, service, foy, hommage et recognoissance de subjection envers ceux qui en ont fait l'octroy et investiture, ou envers ceux qui d'eux ont droit et cause. Suivant cette deduction, Four et moulin Banier, ou Bannier (selon l'orthographe dudit mot Allemant) qu'on dit aussi four, et moulin à ban ou {{o=on}} bannal, sera entendu le four et moulin du Bann, c'est à dire du champ, territoire, marche ou contrée ainsi que dit est, baillé et assigné, duquel four et moulin le feudataire est tenu bailler sa declaration ou adveu, comme de membres appartenances et dependances de son Bann, c'est à dire de son fief, ayant droit à cause desdits four et moulins Banniers, ou Bannals, ou à ban, de contraindre ses sujets estagiers du bourg où ledit four est assis d'y venir fournier et cuyre leur pain, et acquiter le profit du fournage, et les estagiers coustumiers là demeurans dans la ban- lieuë dudit moulin d'y venir moudre leur bled. Lesquels feudataires au temps de la premiere institution et octroy des fiefs, avoient four et moulin Banniers, si la concession et octroy de leur fief le portoit par expres, et non ja par vertu de leur fief nuëment, mais depuis que les fiefs ont prins forme et regle de droit coustumier selon le degré de justice que le feudataire a en son fief et selon la coustume du païs, qui n'est pas la mesmes toutes pars, Il est fondé ou non fondé, d'avoir four ou moulin à Ban.
Appeler à ban et fiches, est appeler un absent à cry public et attache d'affiches {{o=daffiches}} aux lieux publiques, Absentes aut latitantes denunciationibus, edictis ac libellis euocare. B.
Rappeau de ban, Commeatus, remeatusque liber extorridatus codicillis regis.
Ban et arriere-ban, Euocatio et subeuocatio. B.
Crier le ban et arriere-ban, Euocationem et beneficiariorum militum conuentum in diem certam edicere. Liu. lib. 22. Nobilium qui fundos beneficiarios possident sublatis vacationibus edicere.
Qui mene le ban, Praefectus euocatorum, ex Cic.

Thresor de la langue françoyse. .

Regardez d'autres dictionnaires:

  • ban — [ bɑ̃ ] n. m. • fin XIIe; frq. °ban 1 ♦ Anciennt Proclamation officielle, publique de qqch., en particulier d un ordre, d une défense. Mod. Proclamation solennelle d un futur mariage à l église. Les bans de mariage sont affichés à la porte de l… …   Encyclopédie Universelle

  • ban — (ban) s. m. 1°   Proclamation, publication. Battre un ban, battre la caisse pour annoncer qu il va être fait une publication. •   Avant le combat, la justice faisait publier trois bans, MONTESQ. Espr. XXVIII, 24. •   L aumônier d un roi de France …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • BAN — bezeichnet: einen Adelstitel im Königreich Ungarn und Kroatien, siehe Ban. eine rumänische Münzeinheit, siehe Rumänischer Leu eine moldawische Münzeinheit, siehe Moldawischer Leu das versperren eines Zugangs in einem Netzwerk, siehe… …   Deutsch Wikipedia

  • Báň — Báň …   Deutsch Wikipedia

  • Ban — may refer to:* Ban (law), a decree that prohibits something, sometimes a form of censorship * The imperial ban, a form of outlawry in the medieval Holy Roman Empire * Ban (information), a logarithmic unit of information or weight of evidence *… …   Wikipedia

  • Ban Na — บ้านนา Provinz: Nakhon Nayok Fläche: 388,4 km² Einwohner: 67.268 (2007) Bev.dichte: 173,2 E./km² PLZ: 26110 …   Deutsch Wikipedia

  • ban — BAN. s. mas. Mandement fait à cri public, pour ordonner ou pour défendre quelque chose. On a publié, battu un ban dans toute l armée, afin que tout le monde en soit averti. Et dans le même sens, on appelle Ban de vendange, La publication du jour… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • ban — BAN. s. m. Mandement fait à cry public. On a fait un ban dans toute l armée, à ce que personne n en pretende cause d ignorance. Il signifie plus particulierement, La proclamation qui se fait à l Eglise, lors que quelqu un se veut engager dans les …   Dictionnaire de l'Académie française

  • BAN GU — [PAN KOU] (32 92) Des trois enfants du lettré Ban Biao, l’un, Ban Chao, fut un valeureux capitaine, les deux autres, Ban Gu et leur sœur Ban Zhao, de grands historiens. Pour réaliser le projet de son père, Ban Gu entreprit de donner une suite aux …   Encyclopédie Universelle

  • Ban Gu — (chinesisch 班固; * 32 im Kaiserreich China; † 92 in Luoyang, China, hingerichtet) war ein chinesischer Historiker der Han Dynastie. Er entstammte einer Literatenfamilie. Sein Vater Ban Biao war ein renommierter Geschichtsschreiber, sein… …   Deutsch Wikipedia

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.